Retour aux résultats
Chapitres (2013), Encyclopædia Universalis, Encyclopædia Britannica, Inc.

Fusions-Acquisitions

La croissance d'une entreprise revêt deux formes principales, celle d'un développement de l'activité résultant généralement d'un investissement (croissance interne) et celle d'une opération de fusion-acquisition (croissance externe). Du point de vue de l'entreprise, une opération de croissance externe devrait s'analyser comme un investissement, et donc être réalisée dès lors qu'elle est rentable pour ses actionnaires ou associés. Toutefois, l'achat de tout ou partie d'une entreprise est généralement plus complexe que celui d'une machine. Il répond à différents objectifs et peut s'effectuer selon des modes distincts. L'évaluation de la société visée est délicate et celle des gains résultant de l'opération plus encore. Les exigences du (des) vendeur(s) peuvent obérer les bénéfices de l'acheteur. Outre la rentabilité de l'opération pour les actionnaires, il peut résulter de l'opération une augmentation sensible du pouvoir de marché de l'entreprise acquéreuse. Ainsi, une opération de croissance externe a des conséquences à la fois pour les actionnaires des entreprises impliquées dans l'opération (entreprise cible et entreprise acquéreuse) et pour le secteur d'activité concerné dans son ensemble (consommateurs et concurrents). L'intervention des autorités boursières, dans le cas de sociétés cotées, et celle des autorités de la concurrence, en cas d'augmentation sensible du pouvoir de marché, entraînent en outre des coûts supplémentaires et rendent l'issue de l'opération incertaine.

CHARLETY-LEPERS, P. and SOUAM, S. (2013). Fusions-Acquisitions. In: Encyclopædia Universalis. 1st ed. Encyclopædia Britannica, Inc.